Jour du prince (Prinsjesdag)

Le Jour du prince (Prinsjedag) est l'événement festif qui marque la lecture du discours du Trône et la présentation au Parlement du projet de budget pour l'année à venir aux Pays-Bas. Il se tient le 3ème mardi de septembre et voit le roi et sa famille défiler en carrosse dans les rues de La Haye.

La tradition remonte au 18ème siècle. À l'époque, le Jour du prince désigne la date à laquelle on célèbre l'anniversaire des princes d'Orange-Nassau. Celui du stadhouder (prince souverain) Guillaume V en particulier, célébré le 8 mars, donne lieu à de grandes fêtes populaires. La tradition se poursuit avec son fils, le futur Guillaume Ier, premier roi des Pays-Bas. L'appellation Jour du prince est alors utilisée pour désigner toute fête ayant un rapport avec la maison royale d'Orange-Nassau.

Le véritable premier Jour du prince tel qu'on le connaît aujourd'hui se tient le 2 mai 1814. Ce jour-là, Guillaume Ier (qui ne se proclamera roi des Pays-Bas qu'un an plus tard) prononce un discours du Trône devant le Parlement alors unicaméral.

Au cours du 19ème siècle, la date de la rentrée parlementaire (inscrite dans la Constitution) change à plusieurs reprises: elle est initialement fixée au 3ème lundi de novembre, puis passe au 3ème lundi d'octobre. Lorsqu'en 1848, on décide d'introduire un budget national annuel, on allonge l'année parlementaire en ramenant cette date à septembre, le Parlement ayant besoin de davantage de temps pour l'examen de ce budget.

Le lundi n'est toutefois pas une journée idéale, en particulier pour les parlementaires venant de loin. Pour éviter que ceux-ci ne doivent voyager le dimanche, il est décidé en 1888 que la rentrée parlementaire s'effectuera le 3ème mardi de septembre.

Jusqu'en 1848, le roi gérant les affaires du Royaume, il rédige seul (parfois avec l'aide de ses ministres) le discours du trône. Après la réforme constitutionnelle de 1848, qui instaure une monarchie constitutionnelle à régime parlementaire, ce sont ses ministres qui se chargent entièrement de la rédaction du texte. Il faut toutefois attendre les années 1920 pour que le discours du Trône prenne sa forme actuelle: un état des lieux du pays, suivi d'une présentation des questions qui seront examinées durant la nouvelle année parlementaire. À l'heure actuelle, le texte est rédigé par le Premier ministre, assisté de son cabinet.

Dans les années 1930, après avoir été quelque peu délaissée, l'appellation Jour du prince regagne en popularité. Elle s'instaure définitivement dans le langage commun pour désigner la rentrée parlementaire et le discours du Trône prononcé par le souverain devant les États généraux (chambres haute et basse du Parlement réunies).

Lors de la révision constitutionnelle de 1983, le concept d’ouverture et de fermeture de l’année parlementaire est abandonné, si bien que Prinsjedag ne désigne plus désormais que le discours du Trône et la présentation au Parlement du budget de l’État pour l’année à venir.

Les débuts du défilé royal

Dès 1814, le discours du Trône est lu dans l'une des salles du Binnenhof, le siège du Parlement et du gouvernement à La Haye (à quelques exceptions près, puisque jusqu'à l'indépendance de la Belgique en 1830, il est lu alternativement à La Haye et à Bruxelles). Ce n'est toutefois qu'à partir de 1904 que l'on utilise la Salle des chevaliers (Ridderzaal), qui vient alors d'être restaurée.

C’est Guillaume Ier qui, d’emblée, organise un défilé royal à l’occasion de l’événement. Mais il ne circule pas en carrosse: le roi rejoint à cheval le Binnenhof depuis son palais (et vice-versa). Plus tard, il se fait accompagner (à cheval également) de ses fils à leur majorité. Les rois Guillaume II et Guillaume III font de même.

La régente Emma utilise, elle, une berline vitrée pour se rendre au Binnenhof. En 1897, elle emmène sa fille Wilhelmine, seule héritière au Trône, à la cérémonie. Cette dernière est couronnée reine un an plus tard, ayant atteint l’âge de la majorité. Dès son mariage, Wilhelmine insiste pour que son époux l’accompagne à la lecture du discours du Trône. Les reines Juliana et Béatrix élargiront ce cercle pour comprendre, outre leurs époux et leurs enfants majeurs (avec leurs époux), d’autres membres de la famille royale, tels que sœurs et beaux-frères.

Le carrosse d'or n’apparaît qu’en 1903

L’année 1903 voit apparaître pour la première fois le fameux carrosse d'or (Gouden koets), dans lequel prennent traditionnellement place le souverain, son conjoint, l’héritier au Trône et l’un de ses frères (ou sœurs) majeur(e)s, à moins qu’il n’ait lui-même (elle-même) un conjoint.

Offert en 1898 à la reine Wilhelmine par la population d’Amsterdam, ce carrosse réalisé en teck de Java recouvert partiellement de feuilles d’or est décoré de panneaux sur lesquels figurent les armes des 11 provinces des Pays-Bas de l’époque, ainsi que le blason des Pays-Bas et les armes de la ville d’Amsterdam. La berline vitrée est tirée par 8 chevaux lorsque le souverain y prend place; par 4 chevaux lorsqu’il s’agit d’un autre membre de la famille royale.

Programme traditionnel du Jour du prince

Le carrosse d'or
Le carrosse d'or

À 13h00 piles, le carrosse d'or s’ébranle du Palais Noordeinde après qu’ait retentit l’hymne national. Il parcourt les rues de La Haye sous les vivats de la foule en direction du Binnenhof, où membres du gouvernement et du Parlement, diplomates et autres invités d’honneur attendent le souverain. Les autres membres de la famille royale, ainsi que le grand-maître et le maître des cérémonies, circulent en berlines. Le cortège est accompagné de fanfares militaires et d’unités à pied et à cheval de l’armée de terre et de la gendarmerie nationale.

L’itinéraire (qui ne fait pas plus d’1 km) inclut en général les rues suivantes: Noordeinde, Heulstraat, Kneuterdijk, Lange Voorhout, Tournooiveld et Korte Vijverberg. Une haie d’honneur constituée de policiers et de soldats est postée le long de la route.

La famille royale au balcon (de g. à d. la reine Béatrix, le prince héritier Willem-Alexander et son épouse, la princesse Máxima)
La famille royale au balcon (de g. à d. la reine Béatrix, le prince héritier Willem-Alexander et son épouse, la princesse Máxima)

Au Binnenhof, le roi se rend dans la Salle des chevaliers (Ridderzaal), prend place sur le Trône et lit le discours préparé par son Premier ministre. Sa lecture achevée, le président de séance crie haut et fort: «Vive le roi». Les invités présents répondent «houra» à 3 reprises.

La famille royale quitte alors le Binnenhof et rejoint, toujours en carrosse, le Palais Noordeinde, où la journée se termine (pour elle) par une apparition au balcon à 14h00.

La cérémonie est entièrement retransmise en direct à la télévision néerlandaise.

À 15h00, le ministre des Finances fait son entrée à la Chambre basse du Parlement sous le crépitement des flashes des photographes. Il est muni d’une mallette (koffertje) contenant le budget de l’État pour l’année à venir et le projet de loi de finances afférent (aussi appelé Miljoenennota ou «note des millions»). Sur la valisette figurent les mots «Troisième mardi de septembre».

L’usage de cette mallette remonte à 1947 lorsque le ministre des Finances de l’époque, M. Lieftinck, eut l’idée de présenter le premier budget de l’après-guerre des Pays-Bas d’une façon plus élégante qu’à l’habitude. Reprenant une tradition britannique, il fit confectionner une valisette spéciale. La mallette actuelle date de 1964 et est en cuir de chèvre.

Malette avec: Derde dinsdag in september
Malette avec: Derde dinsdag in september

Le budget reste en principe confidentiel jusqu’à sa présentation officielle par le ministre des Finances à la Chambre basse, les médias en recevant copie sous embargo quelques jours auparavant. Ces dernières années néanmoins, cet embargo est régulièrement violé, si bien que le matin de Prinsjedag, les Néerlandais connaissent déjà les plans du gouvernement.

La présentation du budget lance les débats parlementaires sur celui-ci (aussi appelés Algemene beschouwingen), qui durent plusieurs semaines et sont retransmis en direct à la télévision néerlandaise.

Une démonstration d’élégance

Le Jour du prince est l’occasion pour les membres du Gouvernement et du Parlement, les diplomates et autres invités d’honneur de faire preuve d’élégance. Les messieurs sont traditionnellement en queue-de-pie, tandis que le port du chapeau pour les dames est quasi-obligatoire. Celles-ci rivalisent chaque année d’originalité pour retenir l’attention des médias.

Pour en savoir plus

Des informations supplémentaires sont disponibles sur denhaag.com/fr/prinsjesdag.

Publié: 3 septembre 2015Dernière mise à jour: 9 février 2018